Evénement retour nous

Attendre qu’il se passe QUELQUE-CHOSE. Quand est-ce que ça commence ? Est-ce que ça a déjà commencé ? Où est ce que ça va se passer –  se passe ? Où sont – qui
sont les danseurs ? Une foule dans la fosse, une vague qui remonte les étages, une vague qui redescend, brouhaha. On s’observe, on commence à s’observer. Ils ont ouvert une salle, mais il ne s’y
passe RIEN. Qu’attend-on à la place du rien ? Y-a-t-il encore une place pour ce rien ? Le rien devient sans-rien.  Qu’a-t-on tant besoin de consommer ici ? Puisqu’on a payé, puisqu’on est
près à recevoir, puisqu’on est près à être passif. Une matière grouillante et passive en attente, se déplaçant avec lenteur dans des courants assez peu curieux. Lumières s’éteignant :
frémissement, quelques-uns guettent, d’autres ont déjà oublié. Lumières se rallumant : alternativement les ampoules reliés aux minuteurs et réactivés éventuellement. Le doute : faudrait-il ne
plus attendre ? Etat relié dans le tout, état ouvert, état de corps en alerte. Rumeurs. Circulation. Action  clé du SPECTACLE : entrer dans la salle, s’installer sur les gradins face au
miroir de soi. Attente. Envahissement de la SCENE. L’état dure jusqu’au lendemain, et hors les murs.


Anne Vigier/Franck Apertet, X-event 0, festival Faits d’Hiver, Micadanses.
Article sur Images de danse