Les organes des sens sont concentrés sur la tête

Une demi heure pour écrire ici. Logiquement sera à reprendre après. J’ai modifié l’aspect de mon avatar , frénétiquement, cherchant à me débarrasser de la tête de renard, de la
queue,  puis jusqu’au moindre détail mais en puisant dans la banque de données rudimentaire, ce qui ne donnait pas de résultats très probants. Autour, quelques autres s’affichaient en
modification d’apparence, comme moi je suppose que je l’étais à leurs yeux  (pointe extèrieure plus vers le bas, plus vers le haut).  Lassée des possibilités limitées en imagination que
j’étais en mesure d’effectuer, je me contentais d’un corps de danseuse du crazy horse, enveloppé d’une combinaison en tapisserie à motifs roses. On verra après. La dernière fois, je volais,
extatique, dans des décors fabuleux : oublié le nom de l’endroit où j’étais né (avatar masculin, une perfection de laideur). Cette fois-ci, une île d’accueil peu enthousiasmante, un parcours
organisé. Essayant la téléportation pendant l’heure qui suivit, j’atterris successivement sur certaines îles coupées du reste du monde, cherchant un lieu avec plus d’animation, de présence, quoi
en réalité. Ces îles pour la plupart affichant des murs transparents : domaine privé. Je me fis notifier l’ordre de déguerpir dans la seconde par un message instantané provenant d’un propriétaire
hargneux, ou de son programme zélé. Fatiguée, je revins sur mon profil pour voir qui avait accepté ma demande d’ami. Il est possible d’afficher les pays visités, les livres lus. Deux personnes
rencontrées que je n’avais pas revues depuis dix ans. On résume en deux phrases. Les amis d’amis ont l’air sympathique en général. Certains font partie de groupes, il faut des groupes, et quel
temps cela leur prend, à eux ? Après deux jours d’acharnement, on oublie. On marche dans la rue. On va voir des possibilités virtuelles réalisées. La demi-heure écoulée, c’est ce que je vais
faire.