Les yeux du loup


Nos écrans en frissonnent, dans la nuit noire quand l’activité somnole et silencieusement persiste, les choses qui s’écrivent malgré nous sur cette image en mouvement, un témoin nous en donne trace comme trace et cheminement sur le clavier touche après touche, le sommeil des machines, leur énergie programmée et continue, leur vie sans nous. Délégué aux objets, le processus s’aime. Grand calme dans notre absence, bourdonnement des minéraux, des métaux, de nos espaces dénudés, évidence du mouvement continu et sans fin, dureté et fragilité, équilibre de la vitesse juste. Sans parole, ce qui a été choisi pour ne pas être interrompu ; rien ne se prépare, rien ne se trame, ce qui fait se mouvoir l’image, ce qui fait l’image.

"Dinosaur", vidéo, et "Star Field (month 26)" film 16 mm, de Jordan Wolfson, exposition 72 to 83 percent of chance à la galerie Frank Elbaz, jusqu’au 25 novembre.