Rue

40 mètres de haut, des rafales d’eau s’éclatent sur le bitume, on entend comme la vague des villes, quelqu’un pousse la flotte par le bord. Une bande magnétique pendouille d’une branche à l’autre d’un arbre à l’autre elle n’arrête pas de frintiller. Un gars saoûl braille et chante, 5 secondes. On attend tout le temps que les moteurs arrêtent de passer dans nos oreilles. Quelqu’un a encore oublié d’éteindre la lumière dans l’école, une longue fenêtre. Ciel mauve nuit. Il y a aussi un T-shirt dans l’arbre. Les fenêtres de mes voisins reflétées dans les vitres en face. Quelqu’un a ouvert une boîte à outils.