Ce qui passe

On aperçoit au loin les silhouettes qui se dessinent à leur passage dans la lumière artificielle / puis ces passages que la lumière sculpte disparaissent à nouveau dans l’ombre / Certains frôlent l’espace éclairé / les rayons soudain matérialisent leur épaule / en un instant encore plus court / L’image qui se fixe ne résiste pas longtemps / On oublie ce qui se meut dans l’espace inter-électrique / ce que les capteurs aveugles laissent à l’oubli / On évite la matière frémissante pour ne garder que le mouvement clairement dessiné / Ce qui tremble doit être maîtrisé / Mais ce qui est attendu, mouvement, se fixe là cristallisé / le cône de lumière s’est solidifié, le flux n’y passe plus / et pourtant devra nécessairement y passer / Vous attendez, toujours, que quelque-chose se passe / qu’un événement se produise / et pourtant si cette image se meut ce n’est que ce mouvement / ce n’est que cette multiplicité / ce n’est que ce mirage mouvant / et cherchez maintenant, regardez maintenant / Rien n’est représenté ici / vous voyez cette cristallisation / une lumière cristallisée ou zone blanche dite ainsi car se différenciant d’un noir ondulant / une ombre qui n’est l’ombre de rien / qui est seulement ombre car elle n’est pas la lumière / vous voyez ainsi ce qui se meut ou peut-être ne voyez vous rien / rien qui se meuve, sinon votre reflet / vous n’entendez, ne discernez rien / votre respiration par moments.